Touffréville, un village, deux secteurs géographiques…..

  La commune de Touffréville présente la particularité d’être située aux confins de la PLAINE de CAEN et du PAYS d’AUGE. Cette dualité, visible dans le paysage s’explique par la nature du sous-sol. La frontière entre les deux secteurs suit une ligne droite nord/sud qui passe par le PRE BARON au nord et l’église de TOUFFREVILLE au sud. A l’ouest, la zone de champs ouverts, extrémité de la PLAINE de CAEN, est dédiée aux grandes  cultures. Elle possède un sous-sol calcaire. A la profondeur d’environ un mètre en dessous de la surface du sol, on trouve une épaisse couche de plaquettes de calcaire du même type que celles qui ont été utilisées pour la construction des maisons anciennes du village. Les traces d’une ancienne carrière subsistent à proximité du PRE-BARON. A l’est, le sous-sol du secteur de bocage et de bois est constitué par des couches d’argile qui ont été exploitées depuis l’antiquité  et le sont encore aujourd’hui. Il est caractéristique du PAYS d’AUGE. Le Bourg est implanté, côté PLAINE, à la jonction des deux secteurs. Il se trouve très proche du point le plus bas du territoire de la commune. L’altitude du bourg est comprise entre 14 et 15 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le secteur PLAINE occupe environ un tiers de la superficie totale de la commune. Il a une surface relativement uniforme qui présente une légère pente visible à l’œil nu du nord-ouest vers le sud-est. La partie haute qui se situe à la frontière des communes d’ ESCOVILLE, de CUVERVILLE et de DEMOUVILLE a une altitude de l’ordre de 30m. Le bas suit le cours presque rectiligne du ru nommé FOSSE du VAL qui prend sa source au PRE-BARON, au nord à l’altitude de 32m et descend vers le sud à quelques centaines de mètres à l’est du bourg. A l’est du FOSSE du VAL le secteur de bocage AUGERON occupe environ la moitié de la superficie de la commune. Il présente un paysage de colline pentue. La crête, qui épouse la limite est de la commune,  sépare les versants des vallées de l’ORNE à l’est et de la DIVES à l’ouest, culmine à une altitude de de 50 à 60m. Les parties hautes et basses, occupées par des prés séparés par des haies vives, sont dédiées à l’élevage, tandis que les pentes sont boisées. Cette dualité de paysages se retrouve dans les modes d’habitat. Traditionnellement, l’habitat dans les zones calcaires donc perméables était du type « regroupé ». A cause de la profondeur de la nappe phréatique et de la rareté des puits. Dans les zones argileuses où on trouve habituellement de l’eau à une faible profondeur, l’habitat est « dispersé ». Notre commune n’échappe pas à ces règles, même si dans le bourg, les puits sont nombreux et très peu profonds. Dans la zone PLAINE le bourg a été construit sur le mode « habitat regroupé » et dans le bocage AUGERON , les maisons sont disséminées dans les prés, au plus près de l’exploitation d’élevage … De même, la pierre constitue le matériau traditionnel pour les maisons du bourg, alors que les maisons dispersées sur les hauteurs ont été construites avec des matériaux divers : colombages en bois et torchis (argile et paille), disponibles sur place.